L'ENTREVUE

Quoi de mieux pour découvrir un(e) artiste ou un band que par leurs propres mots. 

TTR_2020.jpg

The Re-Stoned

Crédit photos : The Re-Stoned
Farther Beyond Moon Dust
00:00 / 09:06

Présenter votre projet. Depuis quand? Pourquoi solo, duo, trio, etc ? Pourquoi ces instruments ?

Salut, moi c'est Ilya. J'ai fondé The Re-Stoned en 2009. Au début, c'était un trio sans chanteur. Uniquement guitare, basse et batterie. On utilise également des samples lors de nos gigs. Contrairement au concept originel, nous avons enregitrés quelques chansons avec du chant mais globalement The Re-Stoned est un projet instrumental.

De quel coin êtes-vous ? Jouez vous sur votre scène locale ou plus en dehors (et même à l'étranger) ?

Nous vivons à Moscou en Russie. Ces dernières années – avant le confinement engendré par le Covid 19 – on jouait plus en Europe qu'en Russie. La pandémie a tout changé. En 2021, on a tourné en Russie et c'était vraiment génial. Mais on garde à l'esprit que la plus grande partie de notre auditoire se trouve en Europe et en Amérique. On a hâte que la situation change même si nous sommes incroyablement anxieux à l'idée de recommencer des concerts à l'étranger.

Qu'est-ce qui vous a donné envie de monter votre projet ?

J'ai réalisé qu'il était finalement temps de commencer à jouer comme j'avais toujours voulu. Mon plus gros défi était de trouver des partenaires et une rythmique qui nous était propre.

Qu'est-ce qui vous a amené à explorer/arpenter ce style là ?

Notre amour pour le classic rock et le blues. Je suppose que toutes ces définitions de genre à la mode, y compris le stoner et tout ce qu'il y a autour, ne sont rien d'autres que des définitions construites par les labels. Tout est enraciné dans le blues et en partie dans le jazz (comme toute la musique rock et metal en général). Black Sabbath, Led Zeppelin, Jimi Hendrix, King Crimson – ce sont ceux pour qui nos coeurs batteront pour toujours.

Pourquoi les gens vous écoutent/devraient vous découvrir selon vous ? Qu'est-ce qui fait votre charme ?

Oh, je ne peux pas vraiment le dire, ça serait mieux de le demander à ceux qui nous écoutent. Il me semble que nous sommes aimés pour les émotions que nous partageons avec les spectateurs lors de nos concerts. D'ailleurs, nous jouons souvent nos chansons un peu différemment de ce que nous pouvons faire les fois d'avant, donnant l'impression de quelque chose de véritablement vivant. De mon point de vue, c'est ennuyeux d'écouter un band qui joue une même chanson d'une même manière année après année. Tu peux nous voir à différents concerts mais avec quelque chose de nouveau à chaque fois. Lors de concerts de même qu'en studio, on essaie toujours de surfer sur une vague jusqu'à atteindre son sommet. Si nous y arrivons, le public fait alors partie de l’aventure et ça c’est génial!

Quel(s) groupe(s) recommanderiez vous ?

Pour tout vous dire, je ne suis pas vraiment la scène locale. Mais je peux nommer quelques projets. Par exemple, on a joué récemment à Yaroslavl avec un excellent groupe Mighty Hill. Et l'année dernière on a joué à Saint-Petersbourg avec  Transnadežnost.

Quelle(s) ville(s) vous a/ont le plus marqué (durant une tournée, un voyage, etc) ?

On a joué plusieurs concerts vraiment marquants pour nous. Par exemple, un show sur le toit d'un théâtre à Moscou, les voisins autour n'ont pas été ravis du volume et ont appelé la police. Je dois aussi parler du concert en montagne en France à La Clusaz – c'était énormissime! On jouait dans la neige où quelques skieurs faisaient des sauts à côté. Ça nous a donné de la force, des souvenirs et une énergie créative. Il y a aussi un moment mémorable lors d'un festival à Chypre : on jouait le soir devant un parterre de gens gigantesque dans le désert. C'était inoubliable!

Quelle énergie préférez vous : grosse salle ou petite salle ? Et pourquoi ?

On aime le contact avec notre public, peu importe combien de personnes sont réunies. The Re-Stoned a joué devant 30 personnes mais nous nous sentions à l'aise et on était ravi d'être avec eux. Pour revenir au fait, quand il y a beaucoup de personnes et que tout le monde est euphorique, ça peut être aussi plus stimulant. On apprécie les petits clubs – ça offre la plus forte des connections avec le public. Mais on aime aussi les grandes scènes. C'est juste des énergies légèrement différentes, tu vois.

Comment gardez vous le plus le contact avec vos "fans" ?

J'essaie de répondre à tous les messages qui viennent de Facebook et Instagram. On adore aussi discuter avec nos fans après les shows.

Si je vous dis "art" vous pensez à quoi ?

C'est quelque chose de beau et on s'en fou de ce que c'est – un livre, de la musique ou une architecture. L'art change notre monde et le rend plus intéressant.

Et si je vous dis "livre" ?

C'est un livre papier que tu peux lire en tournant les pages, et il peut même être usé et sentir comme s'il avait été pris dans une bibliothèque poussièreuse.

La musique doit elle être porteuse de message ou pas forcément ? Doit-elle avoir une identité ou peut-elle exister d'elle-même selon vous ?

On crée notre propre monde à partir de sons. Nous tissons une toile qui nous offre des émotions. Ces dernières peuvent être vraiment différentes mais dans l'ensemble tout se réfère à la création. Un embellissement du monde. D'ailleurs, j'ai fait une observation paradoxale à propos des gens qui viennent à nos concerts. Bien que nous jouons de la musique plutôt heavy, nous avons un public éclairé et profond. Et ce dans chaque pays que nous avons visité.

Quelle place ont les artistes émergents chez vous ?

De nos jours, tout semble plus facile pour ceux qui veulent démarrer, et en même temps plus compliqué. Il existe un tas de studios où tu peux répéter. Avec beaucoup d'équipements, des guitares, etc. Tu peux enregistrer un single et le mettre sur les plateformes streaming, et un grand nombre de gens l'entendront. Mais le problème c'est qu'il existe trop de bands et qu'ils ne suscitent pas autant d'intérêt comme cela aurait pu être le cas il y a 20 ans. Et je pense que la disponibilité de l'information pourrait également être vue comme un problème.

Le Canada et le Québec vous voyez ça comment ? Comment sont-ils dans votre imaginaire ? Quelle(s) image(s) en avez-vous ?

Je pense qu'il y fait froid, peut-être même plus froid qu'à Moscou. Ça serait cool de venir vous voir pour jouer. On a envoyé beaucoup de merch au Canada et les canadiens demandent souvent quand allons nous y venir.

Et des canadiens, des québécois ?

Malheureusement, je n'ai jamais parlé directement avec des Québécois (ou du moins si je l'avais fait je n'aurais rien su de leurs origines). J'espère pouvoir me rattraper dans le futur.

*Traduit de l'anglais. Réponses originales >> ici <<

Merci beaucoup !

Retrouve les sur la toile :

Facebook

Instagram

Youtube

Tiens toi informez !