klo pelgag.jpeg

We Didn't Sign Up For This
22mn
Indépendant
Sorti le 15 Décembre 2020
8/10

Post-punk / Cyberpunk

Checke donc les Découvertes !
Animals
00:00 / 03:44

Un premier release pour la nouvelle formation Dunum Dunum composé de Kevin Moquin (Bad Uncle) et Pi Saillinʼ Cutler (The Steady Swagger). Un duo prometteur par leur capacité dʼexplorer un rock bizarre aux allures semi-futuristes.


À ma première écoute, jʼai cru à une tendance musicale cyberpunk, complètement cartoonesque avec des bruits de lasers, un bar western dans un égout de métropole, une dictature planétaire et des deals mafieux entre extra-terrestres. Mais c'est du bon vieux rock industriel dans un univers comico-tragique. Lʼalbum sʼécoute comme un plat de viande crue de slap-bass et de voix grave nappée dʼune sauce bien grasse de synthétiseur rétro. Idéal pour ton régime paléo.


Parce que oui, ça chante grave. Le type de voix me rappelle celle des chants de gorges tibétains, naturellement distortionnées. En plus dʼêtre utilisée en avant plan, elle est efficacement dispersée comme élément rythmique tout au long de lʼalbum. Lʼéquilibre entre le registre des voix (grave/aiguë) est plutôt bien exploité selon moi. En fait, leur style de chant me rappelle la mode des années 90 où plusieurs lignes vocales sʼentremêlent pour ajouter du dynamisme à la musique. Je dirais même quʼils pourraient aller plus loin dans leur explorations. Ça serait surement très intéressant pour nos oreilles.

En passant, quand Santosh Lalonde (Bad Uncle également) débarque avec la pièce Animals, on est plutôt dans du chant barbaro-vikings-frus. Délicieusement troublant.


Lʼalbum swing en ti-pépère en tout cas. On retrouve des éléments plutôt post-punk qui me font penser à un mélange entre Cardiacs et Primus avec une structure plus axée sur le groove que la complexité des rythmes. Les riffs de basse (électrique ou synthétique) sont toujours joyeusement tordus. Un peu comme une grand-mère trash qui vole la vedette dans tes partys de délinquants. On retrouve aussi des signatures rythmiques parfois un peu plus complexes (Buried Alive) qui vient brouiller les pistes de ton tempo intérieur. Il y a quelques solos de guitares mais cʼest loin dʼêtre lʼélément principal. Ça joue beaucoup plus dans les basses fréquences pour te pousser à faire du headbang avec des lightsticks comme un hors-la-loi dépravé.


Malgré que la formation soit récente, on peut remarquer une nette maturité dans la production de lʼalbum. On y retrouve beaucoup lʼambiance festive et des façons de faire qui rappellent lʼénergie de Bad Uncle ou The Steady Swagger (à découvrir si vous ne connaissez pas) comme par exemple des accords très tendus plaqués pour marquer les temps forts. On y retrouve également une nouvelle collaboration de Hua Li et Lex French dans la pièce beaucoup plus posée Turn the Clocks Back qui ajoute une dimension versatile à lʼalbum.


Quelques mentions honorables :


- Le LFO random dans Animals, très cyberpunk tout ça

- Le solo de synthé dans Buried Alive

- Lʼintro de synthé dans Turn the Clocks Back

- En fait tout les éléments synthé de lʼalbum et il y en a beaucoup (et jʼaime le cyberpunk !)


Lʼalbum est court. On en redemande plus après la première écoute. Excellent pour tes activités physiques qui demandent un peu de défoulement. Jʼespère que la situation actuelle ne freinera pas lʼélan de créativité du duo parce quʼil y a beaucoup à explorer dans ce quʼils proposent. On leur souhaite bonne chance, bonne continuation et plus de cyberpunk.

9 Février 2021

Si tu aimes PARTAGE et LIKE la page Facebook Sur L'Ombre et ABONNE-TOI sur Instagram @sur.l.ombre.media et YouTube Sur L'Ombre Media

Tiens toi informez !