klo pelgag.jpeg

Gaspard Eden
36mn
Coyote Records
Sorti le 13 Novembre 2020
7,5/10

Indie / Rock

Checke donc les Découvertes !
Nothing
00:00 / 03:57

Une photo dans un décor seventies, regard dans le vide avec un corps pouvant paraître en mouvement, dégaine mélancolique. Ce que dégage ce portrait – un état latent que tu peux ressentir parfois – te convainc d'écouter Soft Power, le premier album de Gaspard Eden. Un doux réconfort s'offre à toi.


Dès que Bathroom Mirror (une de mes préférées !) commence à jouer ce sont synthé, guitare et voix brumeuse qui t'accueillent. Comme si des bulles de savon par-ci par-là te berçaient jusqu'à exploser proche de ton visage. Et là, écran de fumée, l'autre côté du miroir apparaît. Bienvenue dans l'univers Eden. Un parfait préambule à l'album mais surtout à la pièce suivante Nothing (ma favorite tant par le texte que par la mélodie méticuleuse et détaillée).


Gaspard Eden utilise le synthé d'une manière décadente par rapport aux autres instruments. J'entends par là qu'il le laisse plus ou moins au second plan (du premier plan !!) mais c'est toujours lui qui apporte le plus d'originalité à chacune des chansons. Bien placé, pas trop présent mais qui ne laisse pas sa place non plus. Je trouve que c'est particulièrement bien pensé et travaillé.


J'accorde également une mention spéciale à la plume de l'artiste. Il parle énormément des émotions et du ressenti. D'abord celui intérieur mais aussi celui que les autres peuvent te faire vivre par réflexion. Baby Black Hole en est un parfait exemple où il préfère s'effacer plutôt que de croire en sa chance « I think I love you and everyone here loves you too [...] I think I’m starting to lose control I better look out ».


Tous les sujet que Gaspard Eden aborde te parlent. Tu les a vécus au moins une fois (voire bien plus). Sa mise en musique peut raviver certains souvenirs (pas toujours gais). Non pas pour tourner le couteau dans la plaie mais plutôt pour t'aider à la panser et à apaiser cette douleur qu'elle t'imposait. Quand Soft Power (tu peux retrouver ses vidéoclips vraiment trippants ici) croisera ton chemin elle se dissipera !


Sa douceur vocale et musicale atténuent les paroles pouvant traiter aussi bien de la tristesse, de la solitude que des tentations et tentatives infructueuses. Je trouve les textes très bien écrits car ils restent extrêmement poétiques malgré qu'ils puissent être assez rudes parfois. Ils relatent de ces côtés ange et démon où tu le sais que t'es fondamentalement gentil mais parfois t'as juste le goût de la rébellion ou [du moins] d'être moins gentil !! Bon, et bien Gaspard, lui, il te fait ça par les mots. Par l'imaginaire que l'esprit développe qui est très présent dans ses compositions (en gardant un pied sur Terre tout de même). Par le retour aux sources. Par les retrouvailles avec soi-même. Par le « doux pouvoir » que tu as, que j'ai, que les autres ont. Ce pouvoir qui est en nous. Qui est nous.


Malgré une certaine linéarité musicale tout au long des dix pièces, celles-ci gardent une cohérence impeccable dans leur déroulement sur l'album, tant pour l'instrumentation que pour les propos développés. C'est une musique qui brille. Tu l'entends ! Un conseil : écoutes la le matin en te réveillant ou quand tu veux te relaxer. Une douceur invisible t'accompagnera pour un moment.

26 Décembre 2020

Si tu aimes PARTAGE et LIKE la page Facebook Sur L'Ombre et ABONNE-TOI sur Instagram @sur.l.ombre.media et YouTube Sur L'Ombre Media

Tiens toi informez !