klo pelgag.jpeg

Oppenheimer's Elevators
39mn
Namaskar Records
Sorti le 3 Mai 2021
6,5/10

Post-Rock / Ambiant / Instrumental

Checke donc les Découvertes !
The Verb
00:00 / 08:10

L'infatigable Thomas Simon Saddier fait parlé de lui en ce moment avec la sortie de son nouvel album Cosmogony 3000. Oppenheimer's Elevators est un projet très psyché relax style The Brian Jonestown Massacre – vraiment fin et travaillé – que j'ai eu l'occasion de découvrir l'année passée. Je suis une trippeuse de gros psyché bien perché qui te fait des nœuds au cerveau (bien serrés les nœuds!!) mais le son d'Oppenheimer's Elevators sur ce dernier album se rapproche de l'ambiant – plutôt dans la sensation d'écoute que par le style musical lui-même. Mais si tu connais un peu le personnage qui se cache derrière ce projet, tu sais que tout est possible ! Une surprise même !


Comment approches-tu une musique d'artistes que tu connais ou surtout que tu ne connais pas ? Personnellement, j'aime la découvrir chronologiquement, du premier album jusqu'au plus récent. Et quand l'artiste en question sort un nouvel opus, je l'écoute, je le savoure (et parfois non!) et ensuite, je me replonge dans ceux d'avant. En respectant la chronologie inverse. J'ai mes petites manies, c'est vrai ! Pas toi ? Par ce processus je vois l'évolution du son, les influences nouvelles/anciennes, l'état d'esprit de l'artiste, etc.. Mon deuxième truc ? Je l'écoute plusieurs fois, sur plusieurs jours, dans des contextes variés, avec des états d'esprits différents. Indispensable selon moi pour être la plus objective possible, sans que ma critique ne soit biaisée par telle ou telle chose qui m'est arrivée dans la journée ou les jours d'avant. Pourquoi toute cette explication sur ma façon de travailler ? Parce que Thomas Simon Saddier m'a littéralement bluffé par son virage net et précis, au point de me faire cette fameuse réflexion (et de vous la partager!). Le 'procédé' que j'utilise (depuis toujours en fait, même quand je ne te partageais pas encore mes impressions sur telle ou telle affaire!) est d'autant plus intéressant avec ce genre de projet qui évolue beaucoup – constamment.


Je t'avoue qu'à la toute première écoute ça m'a déboussolée tellement je ne m'attendais pas à cette musique. Ma seconde réflexion d'ailleurs a été : « T'es pas dans un bon mood aujourd'hui, reviens y un autre moment, avec un esprit plus tranquille ». Et j'ai eu raison (je crois!) d'y revenir. De lui laisser une deuxième 'chance'. En le réécoutant, je me suis rendue compte qu'il m'apaisait et me mettait dans une certaine tranquillité d'esprit, où toutes mes pensées ont été chassé le temps de ce moment. L'album en question, Cosmogony 3000, est un repère pour toute âme perdue qui dérive sans pouvoir en contrôler la direction. C'est un refuge sans grande prétention mais au combien chaleureux. Si je me plonge dans sa musique, je dirais que l'instrumental n'est pas si complexe, qu'il aime bien le looping, la lenteur. Il t'offre un bel accueil où tu te sens à l'aise dès le départ. Comme si un(e) bon(ne) ami(e) t'ouvrait les bras au moment où tu allais te rétamer la face à terre…


La première toune Au Commencement est vraiment cool dans l'ambiance qu'elle installe mais, en revanche, elle est un peu longuette, comme si elle créait de l'impatience : « Dure t-elle encore longtemps ? ». Tu ne vas pas la couper – parce qu'on ne sait jamais – mais t'es toutefois tenté(e) de passer à la suivante. Comparé aux précédentes sorties, ce nouvel album est plus ambiant et moins axé sur l'électrique des guitares, ce qui n'est pas une mauvaise idée. La seconde chanson The Verb – accompagnée par le bruit de la côte, des vaguelettes, des oiseaux, du vent, etc. – c'est une réelle invitation à te reposer, peu importe là où te trouve. Effectivement, on reste dans le psyché mais, cette fois-ci, il est plus abordable, moins perché tout là haut qui pourrait freiner certains auditeurs pas férus de ce genre à la base ! C'est de la musique quasi parfaite pour méditer en ayant confiance en soi, en étant sûr de soi !


Certes, tu y entends une certaine rangaine musicale. C'est un peu répétitif entre la deuxième et la troisième, surtout le drum qui n'apporte pas grand-chose hormis ses cymbales encore et encore. La musique témoigne néanmoins d'une langueur, d'un amour parfois même (la quatrième surtout) ! Les précédents albums étaient plus fournis, plus denses, supposons qu'il a voulu épurer ? C'est peut-être un peu too much pour le coup ! Mais toujours aussi intéressant à écouter. Parfois je le trouve excellent, parfois il ne m'interpelle pas. L'ensemble est vraiment pas mal mais un peu monotone à mon goût. Si tu souhaites une musique douce et relax, celle-ci sera parfaite pour te caler sur ton balcon au soleil ou si t'es chanceux au bord d'un lac !

23 Mai 2021

Si tu aimes PARTAGE et LIKE la page Facebook Sur L'Ombre et ABONNE-TOI sur Instagram @sur.l.ombre.media et YouTube Sur L'Ombre Media

Tiens toi informez !